Une surprise à chaque détour
Vivez une expérience rare et inoubliable, au contact de danseurs, chanteurs et artistes venus des quatre coins du monde présenter leurs créations sur fond de chefs-d’œuvre exceptionnels.
Une plongée intimiste à travers le musée.

Aussitôt qu’il entre dans les Galeries, véritable carrefour de civilisations, le visiteur embarque pour un voyage émotionnel inoubliable qui met chacun de ses sens en éveil. Laissez-vous transporter par la beauté de l’art et approchez-vous au plus près des artistes présents, juste ici, rien que pour vous.

L'entrée est incluse avec votre billet d'entrée au musée.
Les membres du Louvre Abu Dhabi Art Club bénéficient d'un accès gratuit.

Benjamin Millepied - L.A Dance Project
6 – 7 Nov.


Basé à Los Angeles, le collectif L.A. Dance Project, co-dirigé par Benjamin Millepied et Sébastien Marcovici, réunit 12 danseurs. Les créations du collectif mêlent musique, design, vidéo et arts visuels.

Avec la pièce 5 Live Calibrations, chorégraphiée par Madeline Hollander, pas une seule représentation ne se ressemble. Le corps des danseurs devient le véhicule d’émotions qui font vibrer le spectateur et le transportent. Mise en scène sous le gigantesque dôme du Louvre Abu Dhabi, cette pièce prend toute son envergure, renforcée par l’époustouflante architecture du musée.

Madeline Hollander (chorégraphie)
Celia Hollander (musique originale)
François-Pierre Couture (lumières)
Anna-Sophie Berger et Jessica Owen (costumes)


L’émotion gagne le public lorsqu’il se trouve face à la pièce Split Step, fruit d’une collaboration entre l’artiste Emily Mast et le chorégraphe Zack Winokur et interprétée par huit danseurs du collectif. Au travers d’une gestuelle synchronisée et répétitive, symbolisant le paradoxe de la condition humaine, ils nous invitent à réfléchir sur les interactions entre communauté et solitude.

Zach Winokur & Emily Mast (chorégraphie)

La nouvelle création de Tino Sehgal (Sans titre 2018/ 2019) emprunte des élements de diverses traditions culturelles pour les fusionner en une forme ininterrompue et continue, en constante évolution. La création de Sehgal remet en question le lien traditionnel entre l’art et son public. Réputé pour ses « situations construites » au cours desquelles les artistes entrent en interaction soit entre eux, soit avec le public, Sehgal présente des scénarios méticuleusement orchestrés générant instants fugaces et souvenirs de rencontres éphémères plutôt que des objets tangibles.

Une co-production LADP et LUMA, Arles.
Tino Sehgal (chorégraphie)


L.A. Dance Project
Rachelle Ann Rafailedes, Janie Claire Taylor, Daisy Kate Jacobson, Gianna Lea Reisen,
Nayomi Van Brunt, David Adrian Freeland Jr, Anthony Bryant, Douglas Scott Baum, Mario
Gonzalez et Vinicius Silva (danseurs)
Sébastien Marcovici (directeur artistique associé)
Madeline Hollander (chorégraphe)
Le Besque Didier (agent)
Nathan Shreeve (directeur technique)

Quatuor Diotima
8 – 9 Nov.


Le Quatuor Diotima, aujourd’hui l’un des ensembles de musique de chambre les plus sollicités, incarne à lui seul le brassage de cultures et de références caractéristiques de la musique classique. Les grands maîtres du répertoire classique, de Bach à Beethoven, en passant par Debussy, Ravel et Schubert résonneront parmis d’autres chefs-d’œuvre, ayant pour toile de fond une scène extraordinaire, au cœur des Galeries et dans l’incroyable acoustique du musée.

Grâce aux collaborations avec les plus grands maîtres du vingtième siècle, dont Pierre Boulez, le Quatuor Diotima et son programme sur mesure incarne l’héritage humain et l’espoir d’éternité.

Yun-Peng Zhao et Léo Marillier (violon)
Franck Chevalier (alto)
Pierre Morlet (violoncelle)

Hindi Zahra
8 – 9 Nov.


Mêlant intimement musique et spiritualité, du Maroc à la France, Hindi Zahra est l’une des artistes contemporaines les plus remarquables en matière de musique multiculturelle. Cette artiste qui a par ailleurs précédemment captivé le public du Louvre Abu Dhabi continue ainsi de tisser des liens étroits avec le musée. Elle utilise sa voix pour accorder vibration et sagesse et atteindre ainsi un état de transe dans lequel elle convie le public à la suivre. Le musée constitue une magnifique toile de fond propice au partage de ce sentiment de liberté et de libération avec un public émerveillé par la force fragile de sa voix.

Hindi Zahra (chant)
Jerôme Plasseraud (guitare)

Hamdan Al Abri
8 – 9 Nov.


Originaire de Dubaï, Hamdan Al Abri est un artiste pluriel, à la fois auteur, compositeur et interprète, qui vit pleinement sa musique, combinaison adroite et délicate d’influences pop, urbaines et arabo-musulmanes, qu’il partage généreusement avec son entourage, proche ou lointain. Sa voix cristalline à couper le souffle, depuis le cœur du musée, instaure un dialogue entre architecture et œuvres d’art, capable de transmettre et nous faire ressentir joie et sentiment de tolérance.
Hamdan Al Abri (chant)
Peter Danial Antal et Cassiono Santos de Sa (Guitare)

Wang Li
8 – 9 Nov.


Wang Li est un musicien chinois vivant actuellement à Paris. La guimbarde est un petit instrument qu’il joue avec la bouche pour produire des vibrations particulières, offrant ainsi une large palette de nuances sonores. En puisant dans ses souvenirs d’enfance et son imaginaire, Wang Li parvient à créer des sonorités à la fois uniques et universelles qui renverront chaque visiteur à son propre univers de nostalgie et de joie.

Wang Li (guimbarde et flûte à calebasse)

Ghewar Khan, Fiorze Khan et Khatu Sapera
8 – 9 Nov.


Histoire et culture du Rajasthan se révèlent dans la musique des frères Ghewar et Fiorze Khan dont les instruments traditionnels se fondent intimement à la danse Kalbeliya interprétée par Khatu Sapera. Cette danse millénaire, originaire du Rajasthan, est l’expression d’une culture courtoise qui passe par le geste et qui, mêlée à de puissantes sonorités, capables de libérer l’âme en se joignant aux œuvres du musée, devient source d’inspiration et voie d’accès à la spiritualité.

Ghewar Khan et Fiorze Khan (Kamayacha et chant)
Khatu Sapera (danse Kalbeliya)

Ramadan Hassan et Elhamy Migally
8 – 9 Nov.


Témoignage vivant de la tradition musicale florissant sur les berges du fleuve égyptien, le très célèbre ensemble des Musiciens du Nil, mené par Ramadan Aly Hassan Youssef, convie le public dans un voyage sensoriel, à travers le temps. Cette poésie orale, d’une beauté sans pareille, encore connue sous le nom d’« épopée Hilali » conte la mémoire de la tribu bédouine Bani Hilal. Seule l’épopée Hilali, parmi tous les grands poèmes épiques de la tradition populaire arabe, est interprétée dans sa forme musicale intégrale.

Ramadan Aly Hassan Youssef et Elhamy Migally (chant et musique)

Khalifa Nasser
8 – 9 Nov.


Vibrez au son de la voix brute et puissante du chanteur émirati Khalifa Nasser.
L'artiste autodidacte a suscité un énorme engouement à travers le pays en se faisant connaître sur les réseaux sociaux. Il a récemment donné un concert pour célébrer le compte à rebours de l’Expo 2020 Dubaï.
Khalifa exprime son talent dans de multiples genres musicaux, du pop au blues en passant par le jazz.
A la croisée des chemins, entre Orient et Occident, Khalifa incarne la valeur de diversité, célébrée dans son pays, les Émirats arabes unis.
La structure emblématique du Louvre Abu Dhabi offre à sa voix rythmée et mélodieuse un cadre idéal pour transmettre son message singulier.

Khalifa Nasser (chant and guitare)

Mobile View None For an optimal experience please
rotate your device to portrait mode